La Direction du renseignement militaire

La direction du renseignement militaire (DRM) a été créée par décret du 16 juin 1992, transposé depuis dans le code de la défense (articles D.3126-10 à D.3126-14). Son organisation et son fonctionnement sont fixés dans l’arrêté du 16 février 2010 (modifié).

LA DRM EN BREF
Subordonnée au chef d’état-major des armées

Effectifs

1 600 personnes (70% de militaires, 30% de civils)

Siège

Paris 7e

Historique

Au lendemain de la première guerre du Golfe en 1991, le besoin d’une réforme du renseignement militaire s’est imposé pour garantir une appréciation autonome des situations aux autorités politiques et militaires françaises.
C’est dans ce contexte qu’a été créée, sous l’impulsion du ministre de la défense, la direction du renseignement militaire fédérant les capacités des armées et succédant aux 2es bureaux et au centre d’exploitation du renseignement militaire.

Missions et spécificités

La DRM est chargée de renseigner les autorités politiques et militaires et de les aider dans leurs choix, au titre de la veille stratégique des risques et menaces ; elle doit également fournir au chef d’état-major des armées, dont elle relève directement, le renseignement nécessaire pour proposer les options militaires et conduire les opérations sur les théâtres.
Dans ce cadre, la mission de la DRM est donc de recueillir et d’élaborer du renseignement d’intérêt militaire, c’est-à-dire tout ce qui a ou peut avoir des conséquences sur les forces en opérations dans les crises actuelles ou potentielles.
Le directeur du renseignement militaire assiste et conseille également le ministre de la défense en matière de renseignement d’intérêt militaire.
Pour remplir sa mission, la DRM, en tant que service de renseignement autonome :

  • oriente des capteurs humains et techniques, spatiaux, aériens, maritimes et terrestres, lui appartenant en propre ou relevant des armées ; elle dispose en effet de la palette complète de capteurs (électromagnétiques, image, humain, informatique) ;
  • détecte des menaces, surveille et identifie des objectifs ;
  • recoupe, analyse, valide et diffuse le renseignement recueilli.

Organisation

La direction du renseignement militaire est constituée d’un échelon de direction, de trois sous-directions (sous-direction des opérations, sous-direction de l’exploitation, et sous-direction personnel, finances, capacités) et d’un bureau renseignement au centre de planification et de conduite des opérations.
Quatre centres spécialisés lui sont rattachés : le centre de forma­tion et d’emploi relatif aux émissions électromagné­tiques (CF3E), le centre de formation et d’interprétation interarmées de l’imagerie (CF3I), le centre interarmées de recherche et de recueil du renseignement humain (CI3RH) et le centre de formation interarmées au renseignement (CFIAR).


Métiers

Les métiers proposés à la DRM sont variés : interprétateurs d’images (optique, radar, infrarouge…), spécialistes du renseignement électromagnétique (opérateurs d’écoute, analystes de réseaux ou de signaux, linguistes spécialisés), analystes et officiers traitants du renseignement.